AccueilSociétéAnniversaire - Rhône-Alpes Cinéma : l’audiovisuel, une bonne filière

Anniversaire - Rhône-Alpes Cinéma : l’audiovisuel, une bonne filière

Lorsque en 1991, Roger Planchon, homme de théâtre qui ne manque pas d’ambition cinématographique, crée le Centre Européen du Cinéma qui allait devenir très vite Rhône-Alpes Cinéma, il ne se doute pas que vingt ans après, cette structure, alors pionnière en régions au plan national, allait atteindre une vitesse de croisière avec une telle stabilité. C’est ce qu’ont tenu à souligner Farida Boudaoud, vice-présidente du Conseil régional Rhône-Alpes, déléguée à la Culture et à la lutte contre les discriminations, et Grégory Faes, directeur de Rhône-Alpes Cinéma, en rappelant l’importance du poids économique de la production cinématographique et audiovisuelle dans la géographie régionale.

ActualitéSociété Publié le ,

Lorsque en 1991, Roger Planchon, homme de théâtre qui ne manque pas d’ambition cinématographique, crée le Centre Européen du Cinéma qui allait devenir très vite Rhône-Alpes Cinéma, il ne se doute pas que vingt ans après, cette structure, alors pionnière en régions au plan national, allait atteindre une vitesse de croisière avec une telle stabilité.
C’est ce qu’ont tenu à souligner Farida Boudaoud, vice-présidente du Conseil régional Rhône-Alpes, déléguée à la Culture et à la lutte contre les discriminations, et Grégory Faes, directeur de Rhône-Alpes Cinéma, en rappelant l’importance du poids économique de la production cinématographique et audiovisuelle dans la géographie régionale. Car très vite la Région Rhône-Alpes s’est lancée dans la co-production cinématographique, en misant sur les indéniables retombées économiques qu’elle pouvait engendrer, véritable pari à l’époque, qui s’avéra gagnant, mais elle faisait alors figure de pionnière.
Vingt ans après, Rhône-Alpes Cinéma préside toujours aux destinées du cinéma, aux côtés des producteurs traditionnels, une façon de soutenir un secteur d’activités économiques, créateur d’emplois, même s’ils sont souvent intermittents, et générateur de retombées. Dans la production certes, mais aussi dans la diffusion en aidant notamment les salles indépendantes à s’équiper techniquement à l’heure de la révolution numérique qui bouleverse le cycle de la diffusion. Une révolution qui touche aussi naturellement le monde de la production audiovisuelle, dans laquelle s’implique également la structure.
« Plus largement, c’est aussi l’innovation et l’audace qui ont marqué le développement de la politique régionale en faveur du septième art. Rhône-Alpes compte aujourd’hui quatre pôles majeurs dans le secteur, le cluster Imaginove, l’Institut Lumière mais aussi des grands rendez-vous du cinéma international », rappelle Jean-Jack Queyranne, président de la Région Rhône-Alpes.

Des paillettes sonnantes et trébuchantes

Quand on évoque le septième art, on pense tout naturellement aux paillettes et aux strass, et, c’est vrai qu’au cours de ces vingt dernières années, un grand nombre d’événements exceptionnels, de temps forts, ont marqué les relations entre la Région Rhône-Alpes et le cinéma français. Les plus grands réalisateurs et les plus grands acteurs ont tourné chez nous ! De nouveaux talents ont émergé. Les films ont voyagé partout, ils ont rencontré des publics très variés, participé aux plus grands festivals.
Symboliquement, ce vingtième anniversaire était l’occasion de présenter la 200e co-production de Rhône-Alpes Cinéma, à savoir « Toutes nos envies » de Philippe Lioret. Symboliquement et pas seulement puisque ces productions ont eu d’indéniables retombées économiques sur le tissu local (lire encadré).
Concrètement, Rhône-Alpes Cinéma investit financièrement dans la production de films en contrepartie d’un pourcentage sur les recettes. L’apport n’est donc pas une subvention mais un investissement réalisé en partenariat avec le Centre National de la Cinématographie. Chaque année Rhône-Alpes Cinéma dispose d’une capacité d’investissement de 3 à 4 M€, constituée par des apports de la Région et du CNC, et par les recettes générées par l’exploitation des films.
Quant aux autres missions, elles résident dans l’aide aux auteurs, la sensibilisation des publics et l’éducation à l’image, la participation dynamique de la filière image. Une activité qui s’avère donc loin d’être négligeable, dans une région qui, il est vrai, accueille le berceau du cinéma mondial à Lyon.

F.S


Chiffres croisés

Le secteur d’activité du cinéma recense en Rhône-Alpes :
13 000 emplois
750 entreprises
23 laboratoires de recherche
4 pôles d’excellence : Pixel à Villeurbanne, L’image en mouvement à Annecy, Folimage et la Cartoucherie à Bourg-lès-Valence, Le documentaire à Lussas
666 écrans de cinéma
20 millions d’entrées
200 films co-produits en
20 ans qui ont généré
50 millions d’entrées en salle (France) dont
7 millions en Rhône-Alpes qui ont généré
95 M€ de dépenses en région
53 M€ pour l’emploi local
500 films de télévision soutenus en production soit
30 M€ de retombées
100 courts-métrages
60 auteur-réalisateurs accompagnés
3,3 M€ investis en faveur de la numérisation de
200 écrans d’ici 2015

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?