AccueilActualitéAline Cabaussel : une agricultrice heureuse !

Aline Cabaussel : une agricultrice heureuse !

Actualité Publié le ,

Faire tomber les clichés et les idées reçues sur le métier d’agriculteur qui serait réservé aux hommes est le thème de cette édition 2016 du Mois de l’installation en agriculture en Auvergne Rhône-Alpes. En effet, plus de 40 % des nouvelles installations dans la région sont réalisées par des femmes. Les contraintes liées aux conditions de travail ainsi que les statuts et les lois ont évolué, offrant aux femmes l’opportunité de devenir chef d’exploitation. D’ailleurs, les études sociologiques montrent qu’elles dynamisent le secteur en accélérant sa modernisation et son ouverture sur le reste de la société.
Aline Cabaussel n’a jamais eu de doute sur son choix et ses ambitions professionnelles. Fille d’exploitants agricoles, elle décide de devenir agricultrice dès l’obtention de son bac scientifique. A la suite d’un BTS de productions animales, elle travaille dans une exploitation fromagère et laitière. Puis elle devient salariée de l’exploitation familiale au côté de son frère et de ses parents qui ne tardent pas à prendre leur retraite. Elle précipite alors son projet d’installation et se dirige vers la chambre d’agriculture pour être conseillée. Elle suit un stage de trois semaines pour découvrir le monde agricole dans ses relations avec la commune, la région, la France et l'Europe. Puis elle effectue le stage obligatoire de 21 heures qui lui permet d’étudier la faisabilité de son projet. Celui-ci est accepté et elle bénéficie d’une DJA - dotation jeune agriculteur - de 28 000 €.
En 2011, Aline Cabaussel reprend donc une exploitation située à 15 km de la ferme familiale, à Montrottier, avec 120 vaches laitières et une centaine de génisses de renouvellement, ainsi que de l'arboriculture (cerises et fruits rouges). Elle a 23 ans et elle démarre sa nouvelle activité en GAEC avec son frère et un troisième associé. Son caractère bien trempé lui permet de se faire une place aussi bien dans sa famille, avec trois frères aînés, que sur le terrain de foot, un sport qu’elle pratique assidûment au club de La Giraudière. Alors auprès de ses deux associés qui ont dix et vingt ans de plus qu’elle, Aline affirme sa volonté d’être polyvalente. « Chacun touche un peu à tout en fonction de ses affinités. Je m’occupe de la traite et de la reproduction ainsi que de la partie administrative. Mais s’il faut conduire le tracteur, cela ne me pose pas de problème. C’est comme une grosse voiture ! »
Une bonne organisation est indispensable pour que les trois associés puissent mener de front et réussir leur vie professionnelle et leur vie familiale. « Nous sommes disponibles un week-end sur deux. Cela nous permet de passer du temps en famille. Mon mari travaille dans le secteur de l’électronique et nous avons des loisirs comme tout le monde. »
Le rythme de travail est intense avec des journées qui commencent à 6 h pour se terminer à 19 h. Le week-end de repos est donc bienvenu. Le métier est fatiguant avec des périodes plus intenses, notamment celle de la récolte des fourrages, mais les installations sont de plus en plus robotisées. Aline compte sur ces avancées technologiques pour faire évoluer sa société par une remise en question perpétuelle et une grande adaptabilité. « L’agriculture se modernise de plus en plus, cela facilite les choses. Et être une femme a des atouts, nous sommes souvent plus habiles de nos mains, et plus diplomates. Lorsqu’il y a des rapports de force, on réfléchit. Notre faiblesse physique est compensée par des qualités mentales. » Passionnée par son métier, Adeline est enchantée par sa vie au grand air et la liberté que lui procure sa fonction de chef d’exploitation. Le GAEC qui produit 850 000 litres de lait par an lui permet d’être une agricultrice confiante en l’avenir.


L’agriculture en Auvergne Rhône-Alpes


62 500 exploitations avec 116 000 actifs
1 121 installations en 2014, 43 % sont des femmes, 32 % ont plus de 40 ans
121 établissements agricoles avec 25 000 élèves
67 % de la région en montagne et haute montagne
Première région de France pour les AOC-AOP hors vin, avec 40 % des fromages en AOC
Deuxième région de France pour le bio et pour les circuits courts
1,15 million de vaches
2,7 milliards de litres de lait et 138 500 tonnes de viande produits par an pour 1 Md€ de chiffre d’affaires

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?