Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Alexandre Geoffroy : "L'autocar c'est du co-voiturage à plus de 30 personnes"

le - - Services

Alexandre Geoffroy : "L'autocar c'est du co-voiturage à plus de 30 personnes"

Le récent congrès national de la fédération nationale des transports de voyageurs (FNTV) qui a eu lieu fin octobre a mis en exergue les problématiques d'emplois et les enjeux de mobilité liée à une profession résolument de services. Rencontre avec Alexandre Geoffroy délégué régional de la FNTV en Auvergne-Rhône-Alpes.

Quelles sont les raisons de la pénurie de chauffeurs de cars que vous pointez ?

La réglementation impose d'avoir 24 ans pour passer son permis d'autocariste. Au mieux 21 ans avec l'obtention d'un titre professionnel mais qui limite la conduite sur des lignes de 50 km maximum de distance. Il faudrait que la réglementation française puisse s'harmoniser avec celle européenne qui permet de conduite à partir de 18 ans. Nous avons alerté les pouvoirs publics dont la Région Aura sur le fait que cette pénurie impose d'assurer un service minimum qui parfois est effectué par des employés de la société de transport qui ne sont pas des chauffeurs ! Par ailleurs, notre fédération souhaite intégrer le dédit-formation au sein de la filière. Il s'agit d'une une clause contractuelle par laquelle le salarié ayant bénéficié d'une formation coûteuse est obligé de rester au service de son employeur. Il est fréquent que certains salariés démissionnent une fois le permis en poche c'est inadmissible.

Vous dénoncez également le problème de stationnement en ville

Nous constatons ces dernières années une réduction significative des places de stationnement dans les agglomérations de la région. L'accès aux grandes villes est donc restreint alors que l'autocar c'est du co-voiturage à 30-50 personnes minimum ! Aussi, il n'est pas normal qu'en certains endroits de Lyon par exemple, qu'un car de tourisme ne puisse pas stationner le temps que le chauffeur accompagne les touristes jusqu'au lieu du site visité. Ça fait partie de ses prérogatives mais il ne peut pas l'appliquer sous peine de contravention.

Quid de la gratuité totale des transports scolaires ?

Nous militons plutôt pour une tarification sociale. Il faut un prix minimum pour responsabiliser les usagers par rapport au service rendu.




Julien THIBERT
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer