AccueilActualitéAffaire Omar Raddad : l'audience de la dernière chance pour un nouveau procès ?

Affaire Omar Raddad : l'audience de la dernière chance pour un nouveau procès ?

Georges Fenech publie avec Sylvie Noachovitch « Omar Raddad, un combat pour la vérité ». Alors que la commission d’instruction de la Cour de révision étudie ce jeudi 15 septembre cette affaire vieille de trente ans, l’ancien magistrat et député lyonnais revient sur ce combat de la dernière chance et sur les dysfonctionnements d’un système judiciaire source de drames humains.
Georges Fenech et Sylvie Noachovitch, co-auteurs du livre "Omar Raddad, un combat pour la vérité" aux Editions du Rocher.
© Editions du Rocher - Georges Fenech et Sylvie Noachovitch, co-auteurs du livre "Omar Raddad, un combat pour la vérité" aux Editions du Rocher.

Actualité Publié le ,

Omar Raddad aura-t-il droit à un nouveau procès ? Les prochains jours seront décisifs alors que la commission d’instruction de la Cour de révision examine ce jeudi 15 septembre le dossier de l’ancien jardinier, condamné pour le meurtre de Ghislaine Marchal, retrouvée morte le 23 juin 1991 dans la cave de sa luxueuse villa de Mougins (Alpes-Maritimes).

Accusé puis condamné à 18 ans de réclusion sur la foi de la tristement célèbre inscription "Omar m’a tuer", le Marocain n’a cessé de clamer son innocence depuis plus de trente ans.

Affaire Omar Raddad : la requête de la dernière chance ?

"Si la décision finale ne devrait pas tomnber avant quelques semaines, on aborde cette échéance avec confiance, mais aussi vigilance. Je pense qu’il s’agit de la requête de la dernière chance", déclare Georges Fenech. Membre de l’équipe juridique qui entoure Omar Raddad, l’ancien magistrat et député lyonnais indique qu’une décision positive ouvrirait la porte à un procès en révision.

Au cœur de l’audience, de nouveaux éléments de preuve à même de bouleverser la donne. En l’occurrence des empreintes ADN retrouvées sur une porte et jamais passées au crible des "experts" de la police scientifique, ainsi qu’une enquête de la gendarmerie de Grasse jusqu’ici restée secrète.

"A propos de l’ADN, nous demandons à ce que ces nouveaux éléments soient analysés à la lumière des progrès considérables réalisés sur le plan technique, qu’il s’agisse de recherche en parentèle ou de portraits robots génétiques", précise-t-il.

"Omar Raddad, un combat pour la vérité", le duo Fenech - Noachovitch à l'offensive

C’est dans ce contexte d’actualité intense que Georges Fenech publie aux éditions du Rocher "Omar Raddad, un combat pour la vérité", un livre de témoignage co-écrit avec Sylvie Noachovitch, l’avocate de l’ex-jardinier.

L’occasion de revenir en 170 pages et un style offensif sur les combats menés, indépendamment ou côte à côte, pour faire éclater la vérité dans l’une des affaires judiciaires les plus médiatiques et emblématiques du demi-siècle écoulé.

Une écriture à deux qui tombait sous le sens pour l’ancien magistrat lyonnais. "J’ai toujours été impressionné par la combativité de Sylvie et son attachement viscéral à la justice. Elle se bat toujours jusqu’au bout du bout", salue Georges Fenech. "Et dans le cadre de l’affaire Omar Raddad, nous sommes convaincus au travers des inscriptions tracés avec le sang de la victime d’un stratagème pour le faire accuser."

Les dysfonctionnements du système judiciaire passés au crible

L’ouvrage revient en détail sur les errements du dossier, de l’enquête au tribunal, mais aussi plus largement sur la mécanique de l’erreur judiciaire, au travers des tristes exemples de Marc Machin ou Loïc Sécher.

Un chapitre est également consacré au long combat de Georges Fenech et Alain Tourret, les deux députés s'étant attelés à faire évoluer la loi en matière de prescription pénale. Un texte adopté en 2014 qui, au regard de l'affaire Omar Raddad, permet aujourd'hui à Sylvie Noachovitch de déposer de nouveaux éléments devant la commission d’instruction de la Cour de révision.

La figure du juge d'instruction en question

"Il est normal que les juges soient attachés au principe de l'autorité de la chose jugée. Mais je crois qu'il faut laisser entrouverte une porte de sortie. La justice a parfois du mal à reconnaitre ses erreurs. Je dis au contraire que cela participe de son ennoblissement", délivre Georges Fenech, faisant écho au dernier chapitre de l'ouvrage intitulé "Abattre le système inquisitoire".

"L'affaire Raddad permettra peut-être de remettre à jour la réflexion sur l'instruction à la française", achève l'ancien magistrat et député lyonnais. Une réforme sur laquelle Nicolas Sarkozy, alors président de la République, s'était cassé les dents en 2008. Près de quinze ans plus tard, le débat pourrait bien ressurgir en cas de nouveau procès dans l'affaire Omar Raddad.

Georges Fenech pourrait renfiler la robe d'avocat

Georges Fenech, qui apparait pour l’heure en qualité d’expert au sein de l’équipe juridique qui entoure Omar Raddad, pourrait revenir sur le devant de la scène en enfilant à nouveau la robe d’avocat.

"Je n’exclus de me réinscrire au Barreau de Lyon si la requête de cette semaine aboutit, avec la volonté et le plein accord d’Omar Raddad", annonce-t-il.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 01 octobre 2022

Journal du01 octobre 2022

Journal du 24 septembre 2022

Journal du24 septembre 2022

Journal du 17 septembre 2022

Journal du17 septembre 2022

Journal du 10 septembre 2022

Journal du10 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?