Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Adjugés!

le - - Enchères

Adjugés!
DR - "Solitude au café", huile sur toile de J. Truphémus adjugée 25 000 EUR (hors frais)

Hommage appuyé ce 19 juin à l'œuvre de Jacques Truphémus sous le marteau de Maîtres de Baecque & Associés.

Etait présentée la «Collection idéale», idéale parce que couvrant la quasi totalité des périodes d'expression de cet artiste bien lyonnais pourtant né à ….Grenoble. A noter que cet ensemble aussi exceptionnel qu'inédit provenait d'une seule et même collection établie sur 30 ans, celle d'un proche, ami et confident du peintre, décidé à la mort de Jacques Truphémus en 2017 à faire partager ce «trésor d'émotion» comme le précisait dans son catalogue la Maison de Baecque & Associés. Et c'est bien de reconnaissance du public dont on peut parler à propos de cet hommage puisque la totalité des 35 lots ont trouvé preneur. Que les tableaux traitent de féeries chromatiques ou qu'ils soient typiques de la période sanziste en passant par les paysages de Venise, de Nice, de Paris et bien sûr de Lyon, tous ont suscité la même envie des collectionneurs avec des enchères à la hauteur des attentes de la Maison de Ventes compte tenu de la cote sans cesse à la hausse de cet artiste remarquable.

On note ainsi l'adjudication à 25 000 € (hors frais) pour cette scène de « Solitude au café », huile sur toile datée vers 1982 initialement estimée entre 5 000 et 7 000 € par Damien Voutay, expert lors de cette vente, mais aussi, et de la même veine, les 22 000 € (hors frais) atteints par cette autre scène de « Café » également estimée entre 4 000 et 6 000 € et peinte quant à elle en 1977 ou encore cette dernière intitulée « Etude pour la Belle Servante ou intérieur de café » estimée entre 2 000 et 3 000 € finalement adjugée 14 500 € (hors frais). Pour ce qui est de la période purement lyonnaise en tant que source d'inspiration, « Les arbres de la Place Bellecour » peints en 1972 et attendus entre 4 000 et 6 000 € pliaient à 10 800 € (hors frais) tandis que « Les toits depuis l'atelier », huile sur toile datée de 1976, trouvaient preneur bien au delà de leur estimation annoncée entre 3 000 et 5 000 € à 10 000 € (hors frais).

Un succès donc absolu pour cette vente qui annonce à coup sûr de prochains records pour l'un des plus grands artistes du XXème siècle autant à Lyon qu'hors les murs.

Philippe Jayet




Philippe JAYET
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer