AccueilEconomieServicesChronique /Adapter le management au "millennials"

Chronique /Adapter le management au "millennials"

L'arrivée dans les entreprises de la génération des Millennials (personnes nées entre 1980 et 1995) ou génération Y, suscitent souvent des interrogations sur la façon de manager. Cette génération, née avec les outils digitaux, très sensible aux questions environnementales, apporte une évolution dans la culture au travail.
Chronique /Adapter le management au

EconomieServices Publié le ,

En quoi cette génération est différente ? Avec cette génération, les besoins et valeurs au travail ne sont plus les mêmes. Les Millennials ont un besoin important de sens dans leur quotidien et notamment au travail. Il leur est nécessaire de comprendre pourquoi ils doivent exécuter leurs tâches et missions, et pourquoi l'entreprise met en place de nouvelles stratégies par exemple. L'idée est de comprendre en quoi leur potentiel apporte quelque chose à l'entreprise dans laquelle ils s'investissent.

Ils sont orientés sur un fonctionnement donnant-donnant. C'est à dire qu'il sont prêts à s'impliquer dans leur poste, et fournir un travail pour lequel ils sont rémunérés en partageant la culture et les valeurs de l'entreprise. Mais si le collaborateur a l'impression d'apprendre moins, de ne plus avoir de valeur ajoutée, ou de moins participer à la stratégie de développement de l'entreprise, il est prêt à rechercher un autre poste et à quitter l'entreprise pour aller voir ailleurs.

D'autre part, on constate que la frontière entre la sphère privée et professionnelle est plus ténue qu'avant. Le besoin de concilier vie "pro" et "perso" est encore plus marqué que les générations précédentes.

Leur façon de communiquer a aussi un impact sur les relations au travail : ils font d'avantage part de leurs ressentis.

Bien sûr, ils sont très orientés sur les nouvelles technologies et internet. L'accès à l'information de manière immédiate conditionne leur besoin de renouveau, de changement, et peut entraîner une lassitude plus rapide à faire toujours la même chose.


Quels impacts sur la façon de manager ?


Si les modes de management ne changent pas pour s'adapter aux employés de cette génération, le risque d'incompréhension et de turn over est très important. Le travail représente pour le Millennials une source d'épanouissement. Il est important que les managers prennent en compte ces critères pour modifier leur posture et leurs pratiques. En effet, les courants de management se sont succédés, et la posture directive n'est plus le mode de management par défaut. Avec cette génération, le management participatif est essentiel pour permettre aux collaborateurs de se sentir impliqués dans les décisions de l'entreprise et être porteur des changements qui s'effectuent.

Au quotidien, le manager doit prendre le temps d'expliquer pourquoi l'entreprise effectue certains changements de process ou de stratégie… Ce temps de clarification permet au collaborateur de mieux se repérer et de comprendre en quoi c'est bon pour lui aussi. Il ne subit plus les décisions, il y prend part, ce qui lui permet de s'adapter plus rapidement, de porter les décisions de l'entreprise, et de s'impliquer d'avantage. Et si un employé se sent impliqué, il est plus créatif, productif et motivé. Ses résultats s'en ressentent et permettent de conserver un cercle vertueux.

Il y a donc un enjeu majeur pour le manager à fédérer autour de lui son équipe, pour contribuer au développement de l'entreprise. Tout homme, mis dans les meilleurs disposition, est capable de donner le meilleur de lui-même. L'entreprise Valrhona a notamment bien compris ce principe : une vision RH centrée sur l'humain pour répondre aux enjeux de cette nouvelle génération. L'entreprise a mis en place différentes actions visant un management responsable.

Par exemple, leurs managers accordent un niveau de confiance aux nouveaux entrants dès le départ : les nouveaux collaborateurs ont été choisis pour un poste et sont donc compétents pour mener à bien leurs missions. Un parcours pour les nouveaux managers a été créé, avec des formations leur permettant de développer leur leadership, en utilisant l'intelligence émotionnelle par exemple. Si Valrhona souhaite développer la responsabilité et l'autonomie de ses salariés, c'est avec l'exigence de qualité. En effet, il n'est pas question pour le collaborateur de se faire plaisir et de ne faire que ce qu'il a envie. Etre autonome, c'est se faire plaisir dans le cadre de ce qui est bon pour l'équipe et l'entreprise.

Valérie Richard

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 01 octobre 2022

Journal du01 octobre 2022

Journal du 24 septembre 2022

Journal du24 septembre 2022

Journal du 17 septembre 2022

Journal du17 septembre 2022

Journal du 10 septembre 2022

Journal du10 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?