AccueilSociétéActualités - Les chasseurs restent vigilants

Actualités - Les chasseurs restent vigilants

C’est Amplepuis qui, cette année, accueillait le congrès annuel des chasseurs du Rhône présidés par Jean-Paul Besson. Environ 500 responsables de sociétés de chasse ont assisté au congrès annuel et pris connaissance des bilans de la saison passée qui restera marquée par une chute assez spectaculaire des prélèvements de gibier.

ActualitéSociété Publié le ,

C’est Amplepuis qui, cette année, accueillait le congrès annuel des chasseurs du Rhône présidés par Jean-Paul Besson.


Environ 500 responsables de sociétés de chasse ont assisté au congrès annuel et pris connaissance des bilans de la saison passée qui restera marquée par une chute assez spectaculaire des prélèvements de gibier. Est-ce à dire que celui-ci se raréfie malgré tous les efforts prodigués par les chasseurs en faveur de la faune sauvage ? En fait, les causes sont multiples : la météo est certainement la première coupable, avec un printemps pluvieux qui a détruit couvées et nichées, ainsi que les pratiques agricoles, le manque de cultures céréalières, la disparition des haies ou la prédation qui semble s’intensifier. Même les migrateurs n’ont pas été au rendez vous, à l’exception peut-être de la bécasse des bois. Mais la palombe (ou ramier) a été moins présente (- 22 %). Les grives ne sont pas plus au rendezvous, la cause étant sans doute le réchauffement climatique qui fait que ces animaux migrent moins dans notre région. Et le sanglier, qui cause bien des soucis au monde agricole, semble lui aussi en diminution (1 282 bêtes noires tuées dans le département). Reste aussi comme facteur, la baisse du nombre de pratiquants même si on assiste depuis deux ans à une relative stagnation des effectifs et même à une augmentation du nombre des inscriptions pour passer le permis de chasser.
Il n’empêche. Les chasseurs ne baissent pas les bras, bien au contraire. « Nous sommes les sentinelles de la nature », réaffirme Jean- Paul Besson tout en félicitant les pratiquants qui s’investissent sans compter sur le terrain tout au long de l’année pour améliorer les biotopes et protéger la faune sauvage. En attendant, l’ouverture générale est fixée au 14 septembre avec bon nombre de disparités selon les cantons. L’arrêté préfectoral donnera, en son temps, toutes les précisions. Lors de ce congrès, le directeur de la fédération départementale, Charles Jullian, a évoqué les enjeux juridiques qui pointent à l’horizon avec notamment la loi d’avenir sur l’agriculture, l’alimentation et la forêt ainsi qu’avec l’avènement de la future Métropole. La vigilance est donc de mise dans le monde cynégétique.

Pierre Vezon

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?