Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Entreprise / Abéo escalade le monde

le - - Entreprise de la semaine

Entreprise / Abéo escalade le monde
L'escalade, vecteur de développement pour Abéo

Fraîchement récompensé par EY Auvergne-Rhône-Alpes pour sa performance globale, le groupe franc-comtois Abéo (188 M€ de CA 2017-2018, dont 71 % réalisé en de France, 1 600 collaborateurs, spécialiste d'équipements sportifs et de loisirs) confirme sa stratégie d'internationalisation mêlant croissance organique et acquisitions ciblées. A Lyon, la société cotée possède une antenne qui regroupe les fonctions achats, RH, juridique et R&D.

Sur un marché mondial BtoB du sport très fragmenté mais porteur (représentant environ 435 Md €), Abéo se positionne sur le segment de niche des équipements (5 Md €). Aménagement et équipements salle de sports spécialisés, centres de loisirs, gymnases, vestiaires, écoles… La holding fondée par Olivier Estèves en 2002 sur les bases de l'entreprise familiale France Equipement qu'il dirigeait depuis 1992, et sur l'acquisition de Gymnova et d'Entre-Prises, conçoit, fabrique et distribue.

Sa croissance (+ 12,4% en 2018) est portée à la fois par l'augmentation des pratiques sportives, les politiques publiques en faveur de l'insertion par le sport, la construction et le renouvellement d'un parc d'infrastructures vieillissantes dans les pays occidentaux ou encore le développement de nouvelles activités comme l'escalade.

Olivier Estèves, lorsqu'il fonde la holding d'Abéo en 2002 opte pour une stratégie d'entreprise globale et mondialisée. Pas moins de 17 sociétés ont été acquises et intégrées depuis pour parvenir à peser parmi la vingtaine de concurrents directs essentiellement européens, chinois et américains.

Mais le tour de force se situe en 2014, lorsque le groupe français opère un rapprochement avec l'un d'entre eux, le Néerlandais Janssen-Fritsen (sous la forme d'une acquisition structurante, 46 M€ de CA, 198 collaborateurs), porteur de synergie et de savoir-faire supplémentaires.

Ainsi dimensionné, Abéo pourra préparer deux ans plus tard son IPO. Fin 2016, quelques mois après le Brexit, Olivier Estèves introduit donc son groupe sur Euronext et lève 22,2 millions d'euros pour financer sa croissance. Une nouvelle levée de fonds d'un montant équivalent vient d'être réalisée pour accélérer le développement du groupe, l'objectif affiché étant d'atteindre 300 millions de CA en mars 2020.

La cotation en bourse, une carte de visite presque obligatoire pour peser notamment dans certains appels d'offres, précisément dans l'équipement des sites olympiques, vitrine planétaire pour les marques portées par Abéo (dont Gymnova, Spieth Gymnastics, Meta ou encore Bosan).

Abéo souhaite aujourd'hui réduire sa dépendance aux marchés européens (80 % de son CA, hors France) en prenant pied progressivement aux Etats-Unis et en Asie.

Olivier Estèves, PDG d'Abéo
« Conquérir de nouveaux marchés et consolider les plus matures »

Que reste-t-il de votre activité historique d'aménagement de vestiaires ?

Elle est au cœur de notre activité mais nous avons agrégé une offre sportive complète. Aujourd'hui, l'activité vestiaire seule ne suffit plus dans le cadre des appels d'offres. Nous élargissons donc notre gamme de produits et de solutions.

En quoi les J.O sont-ils incontournables alors que les marques ne peuvent pas s'afficher pleinement, limitant ainsi la rentabilité d'une telle opération ?

Effectivement, les JO restent des opérations blanches mais l'intérêt réside dans notre référencement en tant qu'expert auprès des instances olympique et des diverses fédérations sportives ainsi qu'auprès des sportifs qui utilisent nos matériels. C'est précieux pour nous dans nos démarches de prise de part de marchés dans nos pays cibles.

Justement, comment vous déployez-vous en Asie et aux Etats-Unis ?

Le marché américain est très conservateur et donc fidèle à ses marques de sport. L'idée est donc de pouvoir réaliser des acquisitions localement et puis d'y intégrer certaines innovations dans les matériels déjà éprouvés. C'est très subtil. Pour l'Asie, nous nous sommes focalisés sur la Chine, un marché élitiste et embryonnaire. Il y a cependant une tendance de fond vers une bascule de la pratique du sport de masse. L'offre y est peu structurée mais les concurrents régionaux sont vifs. Nous avons opté pour deux implantations près de Canton et Dezhou près de Pékin.




Julien THIBERT
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer