AccueilEconomieA Lyon, la mode durable selon Tranquille Emile

A Lyon, la mode durable selon Tranquille Emile

La marque de prêt-à-porter lyonnaise Tranquille Emile compte désormais 150 vêtements de fabrication française dans son dressing. A travers sa nouvelle doudoune française en matière recyclée, elle s’oriente vers une mode encore plus durable.
Olivier Amourous et Quentin de Mauroy continuent de développer Tranquille Emile autour du Made in Frace.
© DR - Olivier Amourous et Quentin de Mauroy continuent de développer Tranquille Emile autour du Made in Frace.

Economie Publié le ,

Après la laine et le lin français ainsi que le coton bio, Tranquille Emile se met aux matières recyclées. Basée à Brignais après un début de vie à Megève, la marque lyonnaise de prêt-à-porter continue de se distinguer par ses engagements environnementaux.

Le savoir-faire français à l'honneur chez Tranquille Emile

Résolument ancré dans le Made in France, Tranquille Emile s'illustre cette fin d'année par une première doudoune 100% française conçue en matière recyclée de bouteilles plastiques.

"Dès lors que l'on propose un vêtement technique, il faut utiliser des fibres issues du pétrole. Alors nous avons cherché une solution pour maîtriser notre empreinte carbone et avons conçu une doudoune engagée, écoresponsable et taillée pour l’hiver puisque sa température de confort se situe entre -5 et -10°C", présente Quentin de Mauroy, responsable du développement de la marque, à la tête de l'entreprise avec Olivier Amourous depuis décembre 2018.

Un défi technique qui a aussi nécessité la (re)mise en réseau d'entreprises locales. "Toutes les étapes de la confection de cette doudoune existent en France : matelassage en Normandie, découpe à Lyon, accessoires fabriqués à Saint-Etienne. Mais il fallait recréer du lien entre elles. On avait perdu cette habitude car tout est envoyé à l'étranger. Mais la France possède des savoir-faire et des compétences humaines".

Hormis les zips, qui viennent d'Allemagne, la doudoune en matière recyclée est à 98,65% française, réunissant une dizaine d'entreprises autour du projet. En plus de sa fabrication locale, elle sera proposée en édition limitée, afin de ne produire que ce qui est déjà commandé.

Une mode plus durable à structurer

Si la valorisation du Made in France fait partie de l'ADN de l'entreprise depuis le départ, la notion de matière recyclée s'est, elle, imposée au fil des collections. "Notre engagement local, nos préoccupations sociales et humaines ainsi que nos valeurs liées à l'environnement nous ont conduit à penser au recyclé, après avoir valorisé le local et les matières naturelles", explique Quentin de Mauroy.

Mais, pour poursuivre cet engagement, l'entreprise devra cependant continuer à structurer cette filière. "Aujourd'hui, les gens ont la volonté d'aller acheter plus responsable. Il faut réfléchir à comment y répondre et comment confectionner sans surstocker ni surproduire". En ce sens, Tranquille Emile s'interroge aujourd'hui sur le besoin, ou non, de posséder sa propre ligne de production de doudounes.

L'autre axe de développement de la marque lyonnaise passera par de nouvelles pièces. En effet, Tranquille Emile, au départ spécialisé dans les pulls, planche sur des bermudas, pantalons et chinos. "Nous avons déjà proposé des shorts de bain durant l'été 2022. Pour aller plus loin, nous voulons développer les bas, mais au prix le plus juste. Aujourd'hui, soit la qualité ne correspond pas, soit c'est le prix qui n'est pas cohérent".

Tranquille Emile vise 500 000 euros de chiffre d’affaires

Côté finances, Tranquille Emile a réalisé 320 000 euros de chiffre d’affaires en 2021. L’entreprise table sur 500 000 euros à l’issue de l’exercice 2022. Les ventes réalisées se partagent entre la boutique en ligne et la cinquantaine de revendeurs répartie sur toute la France.

Depuis deux ans, Tranquille Emile note aussi le développement d’une nouvelle filière commerciale : la personnalisation pour les entreprises.

"C’est un secteur en progression. Comme les entreprises souhaitent développer leur RSE, elles nous contactent pour l’aspect Made in France. On nous demande des t-shirts pour des journées portes-ouvertes ou pour des cadeaux. Nous sommes beaucoup plus contactés sur ces projets et de la part de tous types d’acteurs. C'est l'un des effets bénéfiques de la période Covid, qui a favorisé un retour à la localité et la rationalisation des achats", note Quentin de Mauroy.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 03 décembre 2022

Journal du03 décembre 2022

Journal du 26 novembre 2022

Journal du26 novembre 2022

Journal du 19 novembre 2022

Journal du19 novembre 2022

Journal du 12 novembre 2022

Journal du12 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?