AccueilActualitéA Lyon, la Biennale business & finance responsable passe au crible les critères ESG

A Lyon, la Biennale business & finance responsable passe au crible les critères ESG

Le 5 décembre, au musée des Confluences à Lyon, se déroulait la Biennale business & finance responsable, organisée par Lyon Place Financière. Avec au cœur des réflexions, les critères ESG devenus incontournables dans les choix d’investissement.
La Biennale business & finance responsable a rassemblé près de 300 personnes au musée des Confluences le 5 décembre.
© DR - La Biennale business & finance responsable a rassemblé près de 300 personnes au musée des Confluences le 5 décembre.

Actualité Publié le ,

Même si le greenwashing est encore au menu de certaines institutions et entreprises, force est de constater que le monde de la finance poursuit sa mue sur le chemin du verdissement avec, non plus la seule recherche de la rentabilité et du profit, mais également le souci d’une meilleure prise en compte de l’environnement dans ses choix d’investissement.

La thématique déclinée par la Biennale business & finance responsable et intitulée "Agir ensemble pour une finance juste et durable" ambitionnait ainsi de mettre en lumière les actions concrètes que mènent le monde de la finance.

"Que la donnée climatique devienne aussi importante que la donnée financière"

Lunfi 5 décembre, près de 300 personnes ont assisté aux conférences du matin et participé aux ateliers de l’après-midi, déclinés selon les critères environnementaux, sociétaux et de gouvernance (ESG) et animés par les membres de la commission finance responsable au sein de Lyon Place Financière. Son président, Frédéric Maurel a ouvert les débats en remettant en contexte la thématique choisie :

"L’enjeu est simple : la finance doit devenir notre meilleure alliée pour lutter contre le changement climatique. Car le sens de l’histoire, c’est que la donnée climatique devienne aussi importante que la donnée financière. Les investissements doivent être à l’échelle des attentes, des obligations et des enjeux : c’est-à-dire massifs. La finance dite durable, j’en suis convaincu, est un acteur clef de cette mutation existentielle que nous devons réaliser et surtout réussir".

Pour la keynote d’ouverture, la parole était donnée (en visio) à Laurent Clerc, directeur d’étude et d’analyse des risques à l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution, parmi l’une des branches de la Banque de France. Il a dressé le panorama de notre économie actuelle marquée par l’inflation et a détaillé les engagements de l’institution bancaire en faveur du verdissement de la finance, dans un environnement normatif d’échelon européen.

Lui a succédé (également en visio) le docteur Yamina Saheb, l’une des auteurs du rapport III du Giec et analyste principale des politiques climatiques chez OpenExp. Elle a notamment rappellé la définition de la sobriété et a insisté sur la nécessité d’un changement de paradigme global et non pas de mesures "compensatoires" comme le sont par exemple les voitures électriques.

"La prise en compte des enjeux ESG est désormais incontournable"

La conférence suivante a porté sur l’urgence à agir sur les orientations à prendre en matière de financement. Sébastien Baril, président du directoire du groupe Serge Ferrari, Delphine D’Amarzit, PDG d’Euronext Paris, Robin Edme, président du conseil d’administration de 2DII France, et Laurent Clerc, directeur d’étude et d’analyse des risques à l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution sont intervenus, avec au cœur des discussions, l’utilité et la manière d’appréhender les critères ESG.

Delphine D’Amarzit a notamment expliqué que :

"La capacité des entreprises à convaincre les investisseurs de leur prise en compte des enjeux ESG est désormais incontournable voire systémique".

La matinée s’est conclue par un débat animé par Alexis Janin, directeur régional d’Euronext, et intitulé "Comprendre et agir pour accompagner et accélérer la transition". L’après-midi a été émaillée par la tenue de trois ateliers, consacrés respectivement au trois critères, E, S et G.

Des échanges qui ont débouché sur des synthèses et une restitution aux participants et commentées par le grand témoin de la journée, Alain Grandjean, cofondateur et associé de Carbone 4 et de la Fondation pour la nature et l’homme.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 04 février 2023

Journal du04 février 2023

Journal du 28 janvier 2023

Journal du28 janvier 2023

Journal du 21 janvier 2023

Journal du21 janvier 2023

Journal du 14 janvier 2023

Journal du14 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?