AccueilCollectivitésA Lyon, l'agriculture urbaine germe à Mermoz Sud

INNOVATION A Lyon, l'agriculture urbaine germe à Mermoz Sud

A Lyon 8e, EcosiAg, Ceercle et Eisenia ont été retenus dans le cadre de l’appel à projets « Les quartiers fertiles » de l’Agence Nationale de Rénovation Urbaine.
A Lyon, l'agriculture urbaine germe à Mermoz Sud
DR - EcosiAg va implanter deux fermes aquaponiques constituées de deux containers superposés.

Collectivités Publié le ,

Le quartier de Mermoz Sud, dans le périmètre du Nouveau Programme de Rénovation Urbaine de l’ANRU, expérimente l’agriculture urbaine. A partir du mois de novembre, trois projets vont progressivement pousser sur une parcelle de 600 m2, propriété de la Métropole de Lyon et disponible après la démolition d’un immeuble de Grand Lyon Habitat.

Les containers d’aquaponie d’EcosiAg, les modules de production maraîchère verticale de Ceercle et les lombricomposteurs de l’association Eisenia s’apprêtent à occuper temporairement le site. "Compte tenu des contraintes du terrain, de la forte densité urbaine et du programme de rénovation, nous devions trouver des projets proposant des solutions hors-sol, mobiles et positionnées sur de petites surfaces", explique Raphaël Petiot, développeur économique pour le 8e arrondissement.

Rapprocher production et consommation

Aux côtés de la plateforme de lombricompostage d’Eisenia, qui valorisera les biodéchets du marché alimentaire de Mermoz, deux start-ups vont tester leur idée sur le site. EcosiAg expérimentera à échelle réelle sa ferme en containers basée sur le principe de l’aquaponie. Le container d’élevage piscicole apporte des nutriments pour nourrir les plantes (persil, basilic, laitue…) cultivées dans le container supérieur.

Le dispositif fonctionne sans engrais ni pesticide et permet 95 % d’économie d’eau. "Notre concept évite la consommation d’espaces puisque 30 m2 au sol équivaut à 150 m2 en culture traditionnelle et nous rapprochons la production de la consommation", soulignent Thibault Fuzier et Guillaume de Masi, co-fondateurs d’EcosiAg.

Environ 3 tonnes de végétaux et 500 kg de poissons devraient être produits chaque année. Début 2022, Ceercle devrait installer 50 potagers-composteurs. "Nous cultiverons ainsi 1 500 plants et 1 tonne de biodéchets par an", indique Charles Lambert, co-fondateur de Ceercle.

Créer du lien social

En plus des volets environnemental et économique, cette opération développe aussi une approche de cohésion sociale en ouvrant le dialogue avec les résidents du quartier. "Nous lançons un appel aux collectifs d’artistes pour décorer nos containers", fait savoir Thibault Fuzier.

"Un référent maraîcher animateur fera le lien avec les habitants qui pourront mettre les mains dans la terre pour des travaux de plantation ou de récolte", annonce Charles Lambert. Des partenaires devraient aussi animer des ateliers sur l’alimentation et la santé, organiser des balades pour s’approprier ces initiatives ou mener des chantiers d’insertion jeunes.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?