Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

A Lyon, Forestor veut convertir les promoteurs immobiliers à la compensation carbone

Publié le - - Immobilier-TP-Bâtiment

A Lyon, Forestor veut convertir les promoteurs immobiliers à la compensation carbone
DR - Daniel Boudaille, fondateur de Forestor à Lyon.

Forestor met en place des programmes de reforestation aux abords de Lyon, en partenariat avec les promoteurs immobiliers. Objectif : réduire l'empreinte carbone de leurs opérations.

Les démarches environnementales pour valoriser certaines opérations structurantes et polluantes existent, et la plantation d'arbres est souvent un bon moyen d'y parvenir. Pour autant, les enjeux associés et les conséquences visibles restent souvent mal appréhendés, voire flous. C'est pour ces raisons que la démarche de Forestor, une société lancée en juin dernier par le Lyonnais Daniel Boudaille, se veut concrète : pour chaque mètre carré de surface habitable ou de bureaux construit, un arbre est planté dans un rayon de 30 kilomètres autour de l'agglomération lyonnaise.

"J'avais débuté l'expérimentation il y a cinq ans dans le secteur du transport. L'objectif était ainsi de mettre en cohérence le transport de fruits via des camions roulant au bioéthanol. Pour chaque kilomètre parcouru, l'idée était de planter un arbre à proximité de la ville", explique l'entrepreneur issu d'un milieu d'agri- culteurs et qui a toujours eu envie d'explorer des pistes concrètes en faveur de l'environnement.

Mais l'expérimentation coupe court par un manque d'adhésion auprès des transporteurs. Pas de quoi décourager cet amoureux de la campagne, basé à Thurins, dans les Monts du Lyonnais, qui reprend l'idée pour l'appliquer au monde du bâtiment. "Sur une surface donnée, on plante des arbres sur l'équivalent de l'emprise construite aux abords de Lyon", poursuit-il. Le coût peut être répercuté dans le prix au mètre carré commercialisé.

Vers 100 hectares en 2021

L'ambition est de rentrer dans une démarche de stockage de CO2, tout en valorisant une construction qui prenne en compte les enjeux environnementaux. "La forêt est aussi un élément déclencheur de pluie et favorise la climatisation des espaces naturels", précise le dirigeant. L'idée fait boule de neige dans un contexte favorable à la préservation des ressources.

Ainsi, le promoteur Promoval prévoit de planter une forêt sur deux hectares à la Chapelle-sur-Coise (Rhône) en parallèle d'une opération de 20 000 m2 (immeuble de bureaux) qu'elle a lancée. Même démarche pour la SACVL, qui envisage de planter 2 000 m2 de nouvelles essences dans le quartier de la Duchère ou pour le Crédit Mutuel qui entend replanter deux hectares de hêtres d'ici deux ans à Échalas et Tupin-et-Semons (Rhône).

Cette année, un peu plus de 10 hectares auront été plantés. Pour 2021, l'objectif est de parvenir à une centaine d'hectares - soit la surface du parc de la Tête d'Or, à Lyon - pour un montant de 500 000 euros.




Julien THIBERT
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer