AccueilEconomieLa Start-up qui change votre quotidienA Lyon, Feexti gare les vélos à la verticale

A Lyon, Feexti gare les vélos à la verticale

La start-up lyonnaise Feexti apporte une solution pratique et sûre pour garer les vélos avec un encombrement réduit. Pour cela, ils sont placés... à la verticale !
Le rangement à la verticale proposé par Feexti permet un gain de place de 40 % pour garer son vélo.
DR - Le rangement à la verticale proposé par Feexti permet un gain de place de 40 % pour garer son vélo.

EconomieLa Start-up qui change votre quotidien Publié le ,

Article publié le 18.11.2022, mis à jour le 30.11.2022 avec une précision sur le tarif.

Convaincus que le vélo est le moyen de mobilité de demain en ville, Mikaël Guénoum et Eric Cologni ont réalisé une étude de marché pour identifier d’éventuels besoins non satisfaits. Ce travail a mis en évidence l’absence de dispositif pour garer les vélos de façon simple et sécurisée tout en optimisant l’espace. Les deux entrepreneurs ont donc développé un produit baptisé Feexti pour stationner le vélo à la verticale avec un gain de place de 40 %.

Sans effort pour l’utilisateur et sans électricité pour fonctionner, ce système breveté est fixé au mur et son grand arceau permet d’accrocher l’antivol en bloquant la roue arrière et le cadre.

"Après avoir beaucoup travaillé et amélioré notre prototype, nous avons lancé en septembre la commercialisation de notre produit certifié Origine France Garantie. L’entreprise MFMG dans les Ardennes est notre partenaire industriel pour fabriquer Feexti", fait savoir Eric Cologni.

Mobilité : le vélo-cargo Freegônes en plein essor grâce à Renault Trucks

4 000 à 5 000 installations Feexti d’ici un an

La start-up Feexti, qui a embauché une dizaine de personnes, propose son service aux entreprises, aux établissements recevant du public, aux copropriétés… "Nous réalisons l’audit du local à vélos, la simulation 3D, l’installation et la maintenance du produit. Nous privilégions le modèle locatif sauf pour les promoteurs immobiliers", détaille le directeur. Le coût est fixé autour d'un dizaine d'euros par mois.

Lyon : un vélo-café s’amarre sur les quais du Rhône

Feexti, qui a levé 1,5 million d'euros auprès du groupe Berthier, espère poser 4 000 à 5 000 équipements sur la première année. "Au deuxième semestre 2023, nous voudrions ouvrir notre propre atelier d’assemblage, puis nous lancer à l’international en 2024. D’ici deux-trois ans, nous ferons évoluer nos produits vers une version connectée pour développer des hubs", se projette Eric Cologni.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 03 décembre 2022

Journal du03 décembre 2022

Journal du 26 novembre 2022

Journal du26 novembre 2022

Journal du 19 novembre 2022

Journal du19 novembre 2022

Journal du 12 novembre 2022

Journal du12 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?