Accueil"A fond Gaston", la start-up lyonnaise qui donne un coup de boost à votre vélo

"A fond Gaston", la start-up lyonnaise qui donne un coup de boost à votre vélo

"A fond Gaston" convertit des vélos classiques en vélos électriques grâce à l'installation de simples kits. En développement accéléré depuis le déconfinement, l'entreprise souhaite industrialiser son process et se déployer dans tout l'Hexagone.

Publié le ,

Convertir son vélo "classique" en vélo électrique, c'est possible grâce à la start-up lyonnaise "A fond Gaston". Celle-ci commercialise et installe deux kits permettant, selon le budget et les besoins, de disposer d'une batterie proposant une autonomie de 40 à 100 km.

L'idée a germé dans l'esprit d'Antoine Galonnier en 2016, à la suite d'une expérience personnelle ayant tourné au fiasco. "J'avais commandé un kit sur internet afin de transformer mon vélo. Sur le papier, tout était simple, mais dans la réalité, je me suis rapidement retrouvé bloqué, sans possibilité de demander une aide quelconque".

Une alternative à l'achat d'un vélo électrique

Alors Antoine Galonnier invente son propre système. Après des tests (concluants) sur les montures de quelques proches, l'ingénieur en poste dans le nucléaire chez Edf tourne le dos à son ancienne vie pour se lancer dans l'aventure de l'entrepreunariat en 2018.

Dans la roue de la bonne idée, s'est glissée une ambition plus profonde, presque sociétale. Participer à son échelle à l'avènement d'une mobilité plus verte, en favorisant les déplacements du quotidien à vélo mais aussi en proposant une alternative à l'achat d'un vélo électrique souvent lourd et pas forcément produit dans une logique de durabilité.

Et si les batteries utilisées dans les kits "A fond Gaston" viennent d'Asie ("La Chine a pris une longueur d'avance sur l'Europe sur la mobilité électrique"), les jantes et rayons sont fournies par Mach1, société établie dans la Loire.

"Depuis le déconfinement, la demande a explosé"

Une grande partie du succès repose sur la simplicité du procédé et un service clé en main. "Le client commande son kit sur notre site internet, on lui propose un rendez-vous en atelier et la conversion s'effectue dans la journée. On garantit un service après-vente et la fourniture de pièces détachées. Notre système peut s'adapter à 90 % des vélos du marché", détaille Antoine Galonnier.

Les clients sont pour moitié ce que l'on appelle - dans le jargon émergent des mobilités douces - des "vélo-taffeurs", la pratique loisirs représentant l'autre gisement d'activité. Avec l'essor des vélos-cargos, les professionnels tapent aussi à la porte.

Et si "A fond Gaston" pédalait déjà fort en 2019, la crise liée au Covid-19 a donné lieu à un changement de braquet. "Depuis le déconfinement, la demande a explosé. D'autant plus que la conversion est éligible aux aides de la métropole de Lyon", résume Antoine Galonnier. Conséquence logique, les délais s'allongent… De 500 vélos convertis au cours de l'année écoulée, l'entreprise vise le chiffre de 2000 pour 2021.

Une évolution nécessaire

Encore résident il y a peu de l'incubateur Manufactory (Lyon 3e), la jeune société s'épanouit désormais dans des locaux situés dans le quartier de Montchat. Tout en imaginant un nouveau déménagement en 2021 afin de mettre en œuvre un incontournable processus d'industrialisation. "Nous n'arriverons pas à faire face à la demande sans passer ce cap", assume le fondateur de l'entreprise, qui évoque à titre d'illustration une ligne automatisée de rayonnage de roues.

Trois collaborateurs devraient être prochainement recrutés pour faire grimper l'effectif de la base lyonnaise à six salariés.

En attendant, "A fond Gaston" essaime dans l'Hexagone. Grâce à un réseau de partenaires installateurs certifiés, la start-up est présente à Paris, Toulouse, Bordeaux, Metz, Nancy, Grenoble, Annecy et bientôt Lille. En attendant Nantes, Nice et d'autres implantations pour 2021.

Retrouvez notre dossier complet "spécial vélo et économie"

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?