AccueilMusique70e, l'édition des stars à Montreux

70e, l'édition des stars à Montreux

70e, l'édition des stars à Montreux
© Yannick Perrin - Charles Dutoit

CultureMusique Publié le ,

Affiche de rêve pour le concert inaugural du 70e festival de Montreux-Vevey. Au pupitre du Le Royal Philharmonic de Londres, Charles Dutoit accompagne son ex-femme Martha Argerich dans le sublime concerto pour piano de Schumann avant d’ouvrir les ailes de L’Oiseau de feu de Stravinsky. Le RPO reprend du service le lendemain, cette fois-ci pour se joindre à l’archet de Leonidas Kavakos dans le concerto pour violon de Brahms, suivi de Petrouchka de Stravinsky. Le surlendemain, on reprend les mêmes, cette fois-ci pour accompagner le pianiste russe Daniil Trifonov, la nouvelle star du clavier, qui jouera le 2è concerto de Rachmaninov, complété par le Sacre du Printemps de Stravinsky.


Dès l’ouverture, avec ces trois étoiles et ces trois chefs-d’œuvre du célèbre compositeur russe, Tobias Richter, directeur du festival mais aussi de l’opéra de Genève, place la barre très haut. On l’excusera d’une baisse de régime, après ce premier week-end explosif. Mais pas question de faire la fine bouche pour l’orchestre des Jeunes de Bahia, phalange constituée depuis quelques années à Salvador, au Brésil, sur le modèle du « Système » vénezuélien. Ricardo Castro dirige Midori dans le concerto pour violon de Beethoven suivi d’œuvres de Villa Lobos (30 août). Les jeunes Brésiliens accompagnent leur chef qui, du clavier, les guide dans le 5è concerto « L’Empereur » de Beethoven (2 septembre) et dans le concerto de Ravel (4 septembre).


Entre les vétérans londoniens et les jeunes pousses de Bahia, quelques solistes feront entendre leur voix singulière. Le violoniste James Ehnes joue des sonates et partitas de Bach (29 août), le pianiste Mikhail Pletnev joue Grieg et Mozart (31 août), George Li, autre pianiste, développe Chopin, Rachmaninov et Liszt (1er septembre). Les amateurs de baroque se consoleront avec musicAeterna Perm, sous la baguette du toujours déroutant Teodor Currentzis,

26 août au 4 septembre
www.septmus.ch

69, l’édition érotique à Besançon

Les Lyonnais des Percussions Claviers, de Spirito et du jeune ensemble OSE de Daniel Kawka figurent à l’affiche du festival de Besançon. Réputé pour son concours de chef d’orchestre (désormais biennal), le rendez-vous musical de Franche-Comté propose une vingtaine de concerts. Dvorak et Ravel, pour le répertoire, Philippe Hersant, compositeur en résidence, servent de fil rouge à cette 69è édition défendue par des artistes et formations, certains venant pour la première fois.


L’Allemagne aligne L’Orchestre de Baden-Baden, l’une des plus anciennes phalanges européennes, et l’Orchestre de Bienne Soleure. La Suisse répond avec l’orchestre de chambre de Bâle que dirige Renaud Capuçon. Le philharmonique royal de Liège, qui accompagnera le violoniste Tedi Papavrami, et Anima Eterna Brugge de Jos van Immerseel, qui clôture le festival avec Dvorak et Martinu, défendront les couleurs de la Belgique. A la même heure, dans la saline d’Arc-et-Senans, Elena Bashkirova, épouse de Daniel Barenboïm, donne un récital de piano. Cornélien.

9 au 18 septembre
www.festival-besancon.com

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?