AccueilCollectivités3 questions à…Philippe Hillarion, directeur Pôle Emploi Rhône

3 questions à…Philippe Hillarion, directeur Pôle Emploi Rhône

Philippe Hillarion, directeur Pôle Emploi Rhône répond à nos questions sur les métiers en tension,les besoins en main d'ouvre, les métiers porteurs...
3 questions à…Philippe Hillarion, directeur Pôle Emploi Rhône
Photo DR

Collectivités Publié le ,

Quelle tendance générale se dégage de l'étude Besoins en Main d'œuvre (BMO) 2017 produite par Pôle Emploi ?

Cette année est marquée par un volume de projets de recrutements très importants, 67 230 dans le Rhône, en hausse de 5 % par rapport à l'année dernière. Un niveau que l'on n'avait pas atteint depuis longtemps. Ce constat est valable pour le Rhône, mais aussi dans l'ensemble de la région.

Ces intentions d'embauches traduisent un marché dynamique et ouvrent des perspectives positives en matière d'offres d'emploi. Car une fois l'étude publiée, nous recontactons l'ensemble des déclarants pour les aider à transformer leur intention d'embauche en offre d'emploi. Et la plupart du temps, au final, les offres émises sont plus importantes que les projets annoncés.

Quels sont les métiers porteurs ?

On retrouve toujours les aides à domicile et aides ménagères (1660 projets d'embauche), les ingénieurs, cadres d'études et R&D en informatique (1640 projets d'embauche), les aides-soignants (1350 projets d'embauche), les commerciaux (1280 projets d'embauche) et les aides, apprentis et employés polyvalents de cuisine (1220 projets d'embauche). Ce ne sont pas des métiers saisonniers mais bien pérennes. D'une année sur l'autre, les catégories de métiers demandés varient peu. Par contre, certaines augmentent, comme les métiers en lien avec l'informatique, augmentent quand d'autres diminuent légèrement comme les métiers en liens avec l'agriculture, beaucoup plus saisonniers.

Malgré les besoins, ce sont des métiers où les difficultés de recrutement persistent. Comment y remédier ?

Il est vrai que 80 % des entreprises expriment des difficultés à recruter dans les métiers de l'aide à domicile, 70% pour les ingénieurs. Dans ce cas, c'est dû aux difficultés de trouver des compétences alors que pour les aides à domicile, la cause est différente : ces métiers souffrent d'un problème d'attractivité et d'image. Les conditions d'exercice sont difficiles. Grâce à cette enquête, nous analysons en détail ces métiers en tension et nous menons différentes actions de promotion et de découverte des métiers. Nous accompagnons également les entreprises dans la formulation de leurs offres.

De plus, nous avons lancé des modalités de recrutement différentes, basées non pas sur les compétences, mais sur la capacité des publics à s'orienter vers de nouveaux métiers. De plus en plus, nous utilisons la méthode de recrutement par simulation.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 12 août 2022

Journal du12 août 2022

Journal du 05 août 2022

Journal du05 août 2022

Journal du 30 juillet 2022

Journal du30 juillet 2022

Journal du 23 juillet 2022

Journal du23 juillet 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?