AccueilCollectivités2e ligne de TGV Paris-Lyon : les débats sont ouverts !

2e ligne de TGV Paris-Lyon : les débats sont ouverts !

17 millions d’habitants sont concernés ! C’est dire si le débat qui va porter sur l’opportunité de construction de la nouvelle liaison grande vitesse Paris-Orléans-Clermont-Lyon (POCL), sur ses caractéristiques et ses objectifs, est important.

Collectivités Publié le ,

Selon Michel Gaillard, président de la Commission particulière du débat public, ce projet est le plus important jamais mis en débat, hormis le Grand Paris. Sur demande de l’Etat, RFF a lancé des études sur ce projet de ligne à grande vitesse et sollicité la Commission nationale du débat public. Celle-ci pouvait ne pas donner suite. Elle pouvait ordonner une concertation ou encore lancer un débat. Il était évidemment logique qu’elle opte pour cette option. Elle a donc créé une commission particulière qui doit concrètement générer un débat en portant les informations à la connaissance du public et en recueillant son avis par divers moyens.
A l’issue de ce débat, la commission écrira une synthèse qu’elle rendra au maître d’ouvrage. Michel Gaillard insiste sur le fait qu’à ce stade, rien n’est décidé malgré l’existence de très nombreuses études de développement des territoires, d’économie, de trafic, d’infrastructures et d’impact environnemental. Non seulement rien n’est décidé sur les tracés mais également sur le devenir du projet. Et Michel Gaillard de citer les projets du contournement autoroutier de Bordeaux ou du port de Nice qui ont purement été abandonnés suite au débat.
Comment ce débat va-t-il être organisé ? De trois manières. D’abord sous forme de réunions. Deux réunions d’ouverture ont eu lieu à Clermont-Ferrand le 4 octobre et à Orléans le 5 octobre. Des réunions de proximité seront ensuite organisées dans les grandes villes concernées : Vichy, Roanne, Moulins, Mennecy, Bourges, Mâcon, Nevers, Châteauroux, Montluçon, Blois, Vierzon, Saint-Etienne et Lieusaint. Des affichages et des campagnes presse permettront d’informer les habitants concernés de l’existence de ces rencontres.
Parallèlement, des réunions thématiques sont également prévues : impacts sur l’économie, enjeux environnementaux… Villefranche-sur-Saône accueillera l’une de ces réunions thématiques, le 1er décembre, sur le thème de l’insertion de la LGV dans la région lyonnaise. Enfin, se tiendront aussi des auditions publiques à Guéret le 4 novembre et Lyon, le 13 décembre, à l’Ecole normale supérieure. Il s’agit là d’écouter certains acteurs comme les élus, les responsables d’associations, les responsables économiques… Dans tous les cas, chaque personne désirant intervenir dispose de 3 minutes maximum !
La deuxième entrée dans ce débat prend la forme d’un bus circulant dans les villes qui n’ont pas bénéfi cié d’une réunion de proximité. Lyon, par exemple, recevra ce bus…
Enfin (et surtout ?), un site Internet reprenant tous les documents (ils sont lourds et nombreux) permettra à tout un chacun de poser une question et de recevoir une réponse. Il permettra également de visualiser toutes les réunions déjà passées puisqu’elles auront été fi lmées. Pour cela, se connecter sur www.debatpublic-lgv-pocl.org Suite à ces débats, la commission remettra un compte-rendu fin mars 2012. RFF devrait ensuite prendre une décision en juin 2012 : décision sur l’opportunité de continuer ou pas le projet et, dans l’affirmative, avec quel scénario. Suivront une enquête publique de 5 ou 6 ans puis des travaux sur au moins sept années. Ainsi, si l’opération devait être réalisée, le TGV POCL ne circulerait pas avant 2025.
Durant ces quatre mois de débat, on l’a dit, il s’agira de parler de l’opportunité de la création de la ligne. L’Etat a
confi é ce projet à RFF avec deux missions : irriguer le centre de la France et décharger la ligne Paris-Lyon-Marseille qui accueille déjà 39 millions de voyageurs et qui devrait en supporter 57 millions en 2025.
Il s’agira également d’aborder les scénarios de tracé dont chacun impacte différemment la durée des transports, la desserte de telle ou telle ville mais également la vie des riverains de la future voie, les paysages et l’environnement.
Il existe quatre scénarios : Ouest-Sud, Ouest, Médian et Est qui mettent tous Clermont à moins de 2 h de Paris. Dans chaque cas, est présentée une ligne nouvelle qui sert de colonne vertébrale, connectée à des voies existantes pour compléter l’irrigation. Pour les trois derniers scénarios, se greffent deux variantes, l’une passant par Roanne, l’autre par Mâcon. Nul doute que ces variantes feront beaucoup de bruit puisque Mâcon bénéficie déjà de deux gares TGV quand Roanne se sent totalement isolée…
Enfin, trois options s’ajoutent à tout cela, concernant la desserte d’Orly, la desserte de Saint-Etienne (aménagement de la ligne Roanne/Saint-Etienne) et la desserte directe de Lyon-Perrache.
Le coût des quatre scénarios varie de 12,2 milliards à 14 milliards d’euros. Chaque hypothèse est accompagnée d’une estimation des temps de parcours, du gain en trafic et des émissions de CO2 évitées. Chaque hypothèse est également accompagnée d’une estimation de l’impact du projet sur les milieux naturels et les milieux humains. Et dans tous les cas, il est très important.
Alban Razia

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?