Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Nicolas Notebaert : « les aéroports et les avions restent des lieux sûrs »

Publié le - - Economie

Nicolas Notebaert : « les aéroports et les avions restent des lieux sûrs »

Nicolas Notebaert, Directeur général de Vinci Concessions (qui regroupe Vinci Autoroutes et Vinci Airports) se félicite de l'ouverture progressive des frontières en Europe qui sonne la reprise des vols commerciaux en berne depuis le mois de mars. Il nourrit aussi de grandes ambitions pour Lyon Saint-Exupéry sur le volet environnemental.

Le Portugal a été le premier pays à annoncer la réouverture de ses frontières le 5 juin, depuis d'autres ont suivi. Quel est votre sentiment ?

J'ai pu me rendre au Portugal pour visiter certaines de nos infrastructures (11 aéroports sous exploitation totale) et valider en présence du Premier ministre la reprise de notre activité localement après trois mois d'arrêt de nos vols commerciaux. C'est une grande satisfaction. Toutes les mesures sanitaires et de sécurité sont scrupuleusement respectées à travers l'application et le respect de protocoles très stricts. Cette reprise dans le ciel s'applique également au sol avec la poursuite de certains chantiers engagés avant le confinement comme les pistes des aéroports de Rennes et Toulouse.

Vos aéroports ont quand même maintenu une activité minimale ?

Oui, nous avons accueilli de nombreux vols sanitaires avec le rapatriement des passagers qui étaient à l'étranger lorsque les frontières ont fermé. L'activité fret était aussi vivace, ne serait-ce que pour le transport d'équipements et de produits de santé (matériel médical, médicaments…).

Avant le confinement, les prévisions mondiales de l'activité aérienne n'étaient pas réjouissantes. Pensez-vous qu'avec la crise actuelle, celles-ci se confirment sur le long terme ? Quid des mobilités aériennes ?

Notre activité s'est arrêtée en raison de restrictions administratives. Je précise par ailleurs que malgré les actes terroristes qui sont survenus ces dernières années, les aéroports et les avions restent des lieux sûrs. Notre activité développe une culture de la sûreté qui ne se dément pas aujourd'hui. Le sujet sanitaire nous préoccupe tout autant ce qui explique le déploiement massif de mesures idoines dans la totalité de nos aéroports. La fréquentation en hausse de nos sites aéroportuaires comme celui de Lyon (11,7 millions de passagers en 2019) atteste de cette dynamique. Les gens attendent aujourd'hui de se déplacer vers des zones géographiques sûres.

Lyon Saint-Exupéry a reçu le prix du meilleur aéroport européen 2019 par l'Airports Council International (ACI). Vous misez beaucoup sur l'aéroport lyonnais notamment pour en faire un laboratoire environnemental ?

Comme je l'ai déjà évoqué, ce prix marque l'ouverture et le rayonnement et est de nature à renforcer la marque « Lyon ». Notre ambition est de mieux connecter Lyon avec le reste du monde. Nous souhaitons aussi en faire un laboratoire dans le cadre de notre démarche de développement durable et de maîtrise des impacts environnementaux de son activité, en droite ligne avec la politique environnementale menée par Vinci Airports. Lyon Aéroport s'est fixé de grands objectifs à l'horizon 2030 : atteindre 0 émissions nettes de CO2, diviser par 2 l'eau consommée par passager et valoriser l'intégralité de ses déchets avec l'ambition d'en recycler 60% (contre 30% aujourd'hui).

Le trafic du premier trimestre 2020 dans le réseau Vinci Airports

Après une croissance en janvier 2020 (+ 2,1 % du trafic passagers), le trafic s'est contracté en février (- 5,0 %) en raison de la baisse de la demande en Asie. Il a ensuite été fortement pénalisé en mars (- 55,7 %) par la mise en place de dispositifs de restriction des déplacements dans de nombreux pays (mises en quarantaine, confinements des populations, fermetures de frontières) afin de limiter la propagation de la pandémie. La baisse a été particulièrement prononcée fin mars, avec un trafic très faible sur certains aéroports du réseau. Le début du mois d'avril se poursuit sur la même tendance. Au global, le trafic passagers du 1er trimestre 2020 affiche une baisse de 20,9 % par rapport à celui du 1er trimestre 2019, avec un total de 45,3 millions de passagers accueillis dans les 45 aéroports du réseau Vinci Airports.




Julien THIBERT
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer