Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

François Simon-Fustier : le premier maître d'art horloger est lyonnais

le -

François Simon-Fustier : le premier maître d'art horloger est lyonnais
@Sébastien Lucchetti - Francois Simon-Fustier et Robin Putinier

Est ce un hommage (in)volontaire à l'Horloger de Saint-Paul, célèbre film de Bertrand Tavernier ? L'horloger François Simon-Fustier accède le premier au titre d'Etat de Maître d'Art.

Depuis 1999 et le transfert de l'atelier familial à Lyon, le maître horloger François Simon-Fustier a formé plus de 15 apprentis et reçu nombre de récompenses pour son action dans la sauvegarde du savoir-faire.

Aujourd'hui il accède à la reconnaissance suprême en se voyant décerner le titre de Maître d'Art par le ministre de la Culture. Il sera accompagné pendant 3 ans par l'Institut National des Métiers d'Art dans le cadre d'un projet pédagogique qui prévoit la réalisation d'un chef d'œuvre à quatre mains avec son élève Robin Putinier.

Par l'arrêté du 3 octobre 2019 paru au J.O. (NOR : MICD1921104A) le Ministre de la Culture Franck Riester vient d'honorer 9 professionnels du titre de Maître d'Art. Six nouveaux savoir-faire rejoignent ainsi la liste des métiers distingués par le titre et l'Horlogerie est désormais présente grâce à la nomination de François Simon-Fustier.

A l'issue d'une sélection placée sous la responsabilité de l'Institut National des Métiers d'Art, l'atelier de L'Horloger de la Croix-Rousse a été audité avant le grand oral à Paris, devant un jury regroupant une dizaine de professionnels de la Culture, de la conservation du patrimoine, de l'éducation et de la restauration. A cette occasion c'est accompagné de son élève Robin Putinier que le maître horloger a dû justifier de la pertinence de sa candidature et de la qualité du binôme qu'ils forment.

Pendant trois ans en effet ils seront accompagnés par le dispositif Maître d'Art- Elèves afin que la transmission des savoirs soit optimale.

Le projet proposé par François Simon-Fustier est ambitieux : fabriquer avec son élève l'horloge horizontale décrite dans l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert parue en 1772. Grâce au process ChronosVision, qui lui a valu le prix Artinov régional, François Simon-Fustier et son équipe avait déjà modélisé ce mécanisme qui a révolutionné la conception des horloges d'édifices sans jamais être réalisée à l'identique. Désormais ce n'est plus un jumeau numérique mais une réalisation physique qui va voir le jour.

En effet, afin de rendre indiscutable la maîtrise du savoir-faire et sa transmission Maître et Elève vont fabriquer les quatre sous-ensembles de l'horloge historique. Mais tout autant que la difficulté c'est la méthode qu'ils vont utiliser qui suscite l'intérêt : chacune des quatre parties du mécanisme (sonnerie des quarts, sonnerie des heures, mouvement et minuterie) sera réalisée en respectant au plus près les outils et méthodes d'un siècle.

Ainsi à l'issue du travail, la pièce présentera l'ensemble des techniques horlogères du début du XVIIIème siècle à nos jours.

« Être la quatrième génération d'horloger d'une même famille et détenteur du label Entreprise du Patrimoine Vivant donnent des devoirs » comme François Simon-Fustier l'indique sur son site horlogerie-ancienne.fr. Il aime surtout à signaler qu'un artisan n'arrive à rien tout seul, sans des compagnons et des apprentis et qu'il a reçu le soutien de nombreuses structures pour faire de son atelier ce qu'il est aujourd'hui.

« La Chambre de Métiers et de l'Artisanat du Rhône, la Fondation du Patrimoine, la Région Rhône Alpes Auvergne m'ont permis d'avancer en continuant sans cesse d'expérimenter et d'apprendre. Tous leurs dispositifs ne servent à rien si on ne les utilise pas et la formation continue reste la meilleure arme pour pérenniser nos métiers.

Aujourd'hui avec le dispositif Maître d'Art / Elève du Ministère de la Culture et l'accompagnement de l'INMA, mon atelier va rentrer dans une démarche de transmission idéale. Robin que j'ai formé, sera la cinquième génération, mon fils dans le métier »

Transmission

Former des horlogers dans les règles de l'art nécessite de construire des supports de transmission pour ce métier, et c'est donc par pédagogie que commence la création de fiches de méthode, de fiches de process et de fiches de travail.

En 2009, pour valider ses compétences, François Simon-Fustier, reprend le chemin de l'école et obtient le Brevet de Maîtrise Supérieur en Horlogerie, dont il est le seul français détenteur.

En 2013, Robin Putinier, formé au CAP et au BMA, devient chef d'atelier pour aider son ancien maître d'apprentissage dans la transmission des savoirs faire. Son parcours de formation exceptionnel lui vaut une autorisation ministérielle d'encadrer des apprentis alors qu'il n'a pas encore 20 ans.

En 2015 l'atelier déménage de 4 km et rejoint Caluire. Cent mètres carrés aux normes des manufactures suisses accueillent désormais l'équipe de 6 personnes qui restaurent, toujours sur rendez-vous et sans vitrine, pendules et horloges anciennes pour les particuliers et les musées.

Plus d'infos sur l'atelier et son histoire sur fsf-lyon.com




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer