AccueilCultureExposition« Le monde nouveau de Charlotte Perriand » à la Fondation Louis Vuitton, Paris

« Le monde nouveau de Charlotte Perriand » à la Fondation Louis Vuitton, Paris

« Le monde nouveau de Charlotte Perriand » à la Fondation Louis Vuitton, Paris

CultureExposition Publié le ,

Après de sérieuses études parisiennes, Charlotte Perriand crée un mobilier métallique très vite remarqué. En 1928 elle est engagée dans l'atelier de Le Corbusier et Pierre Jeanneret avec lesquels elle réalise pendant plus de 10 ans de nombreuses pièces de mobilier devenues emblématiques comme le « Fauteuil grand confort » de 1928 ou la « Chaise longue basculante » 1928. Puis elle s'intéresse de plus en plus à la technique et à la fonctionnalité des choses en associant l'architecture et l'urbanisme à la peinture, à la sculpture et à la photographie. Pour redéfinir la place de l'homme et de la femme au sein du foyer elle travaille entre autre sur des projets de maisons modulables ou de cuisines décloisonnées. Cette femme de gauche et engagée a réalisé de nombreux projets pour améliorer l'habitat social sinistré à Paris à cette époque.

Le parcours chronologique de la visite occupe tout le bâtiment. Au rez-de-chaussée (galeries 1,2 et 3), l'on découvre ses premières œuvres déjà très modernes. Elle s'intéresse à l'industrie en rêvant de meubles-machines puis revient à la nature par crainte d'une certaine austérité dans ses réalisations. Son ouverture à la modernité se poursuit avec son studio-atelier place Saint Sulpice et son mobilier en acier chromé révolutionnaire pour l'époque, qui préfigure sa vision de l'appartement moderne. La reconstitution de cet espace est ici très intéressante.

Quelques années plus tard elle réalise la « Maison du jeune homme » présentée en 1935 à l'Exposition Universelle de Bruxelles puis ensuite se seront la « Maison du Mexique » de 1952 et celle de la Tunisie la même année. Sur le pourtour de ce premier niveau l'on peut voir des œuvres de Le Corbusier (Le Déjeuner près du phare, 1928), de Picasso (Portrait de Dora Maar, 1936), de Fernand Léger (La salle de culture physique, 1935), et son collier en roulement à bille de 1927 qui voisine avec la « Nature morte (le mouvement à Billes) », 1926, de Fernand Leger.

Au niveau supérieur, dans les galeries 5, 6 et 7, ce sont les œuvres réalisées après ses deux séjours au Japon, à partir des années 40. Son style se simplifie en privilégiant les formes utiles et en utilisant des technologies d'avant-garde et des savoir-faire de plusieurs cultures : « Chaise longue Tokyo 1940 et Chaise empilable « Ombre » 1954. Les galeries 8 et 10 exposent les projets et les maquettes de l'architecture des Arcs 1600 et 1800. La visite se termine avec la reconstitution de « La Maison du Thé », une œuvre japonaise qu'elle réalise en 1993 pour l'Unesco à Paris.

Designer et architecte visionnaire pluridisciplinaire, Charlotte Perriand a laissé une œuvre très importante qui inspire aujourd'hui encore de nombreux designers dans le monde.

Une exposition-évènement exceptionnelle à voir absolument jusqu'au 24 février 2020.​

Brigitte Roussey

www.fondationlouisvuitton

Bibliothèque de la Maison de la Tunisie 1952

Les Arcs 1600 « La Cascade » façade nord 1968-69

Chaise « Ombre » 1954

Brigitte Roussey

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?