AccueilCollectivitésLa Région au rapport

La Région au rapport

La Région au rapport
© Région Auvergne Rhône-Alpes

Collectivités Publié le ,

Le président Laurent Wauquiez et le vice-président Etienne Blanc vantant la bonne gestion de « leur » Région Auvergne-Rhône-Alpes… Bis repetita, sauf qu'en l'espèce, ils ont en quelque sorte la « caution » de la Cour des Comptes. Celle-ci publie un nouveau rapport sur les finances publiques locales, avec pour la première fois un focus sur les Régions et l'impact de leur fusion, effective au 1er janvier 2016. « Nous ne sommes plus dans le commentaire politique, mais dans une analyse sur la base de données indépendantes, avec une comparaison de toutes les Régions sur une période de quatre ans », souligne le président Wauquiez.

Dans ledit rapport - commenté par l'exécutif régional avant la présentation officielle de la Cour des Comptes… -, force est de constater qu'Aura fait figure de bonne élève, que ce soit en matière de dépenses de fonctionnement (en baisse de 11,5 % depuis 2015), d'épargne nette (en progression de 121 %), de réduction de la dette (capacité de désendettement réduite de deux ans), de progression de l'investissement (78,8 % depuis 2015) et de fiscalité (seule harmonisation à la baisse lors de la fusion). « Dans tous les indicateurs de bonne gestion, on est systématiquement dans les trois Régions les mieux gérées », résume Laurent Wauquiez, qui en déduit : « Cela montre que l'on peut mieux gérer sans léguer de la dette aux générations futures, et sans drame dans le fonctionnement du service public ».

« Des éléments critiques » à ne pas éluder

Le président de la Région a pointé du doigt la nécessité d'améliorer les documents budgétaires, un point sur lequel il promet de travailler. Ou encore le maintien du siège de Clermont-Ferrand, « sans que l'impact financier de cette décision ait été étudié », note la Cour des Comptes. Une décision que Laurent Wauquiez assume pleinement : « Je refuserais de piloter une Région avec 13 départements, dans laquelle quelqu'un habitant au fin fond du Cantal n'aurait d'autre choix que de mettre cinq heures pour venir au siège lyonnais ».

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?