Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Adie / « Il faut sauver le petit entrepreneur local »

Publié le - - Economie

Adie / « Il faut sauver le petit entrepreneur local »
DR

L'ADIE (Association pour le droit à l'initiative économique) lance un appel aux pouvoirs publics pour continuer de soutenir les petits entrepreneurs locaux qui se battent pour sauver leur entreprise.

Vendeurs sur les marchés, esthéticiennes, restaurateurs, maraîchers, traiteurs, fleuristes, gardes d'enfants ou d'animaux, épiciers, réparateurs de vélos, savonniers, coiffeurs à domicile, artisans du bâtiment, fabricants de biscuits, de tisanes, de bijoux, de produits cosmétiques ou d'objets artisanaux… Les 50 000 entrepreneurs soutenus par l'Adie* sont représentatifs des petits entrepreneurs qui font vivre l'économie locale.

Conséquence de la crise sanitaire, la quasi-totalité (94 %) de ces entrepreneurs ont dû cesser totalement ou partiellement leur activité. Fin juin, un quart seulement d'entre eux avaient repris leur activité normalement, et un quart sont encore complètement à l'arrêt.

Tous les secteurs sont concernés, y compris ceux qui n'ont pas été directement touchés par les mesures sanitaires. Souvent récentes, ces entreprises ne disposent ni de la trésorerie ni des fonds propres permettant de faire face à un arrêt aussi brutal de leur activité et une baisse aussi prolongée de leurs revenus.

Pour eux, en effet, la reprise est pratiquement une nouvelle création. Il faudra du temps pour retrouver des clients et un niveau de revenu suffisant, mais aussi des moyens financiers et matériels pour adapter le modèle d'affaires aux nouvelles contraintes sanitaires et payer leurs charges.

La mobilisation sans précédent des Pouvoirs Publics a permis de sauver de nombreuses d'entreprises : 63 % des entrepreneurs ayant bénéficié du fonds de solidarité estiment en effet que sans cette aide ils n'auraient pu sauver leur activité jusqu'à maintenant.

« Il ne faut pas que cet effort collectif ait été vain, insiste l'Adie, voilà pourquoi l'Adie demande aux Pouvoirs Publics : le maintien du fonds de solidarité jusqu'à la fin 2020 pour tous ceux qui subissent encore les conséquences de la crise, quel que soit leur secteur d'activité ; une exonération totale des cotisations sociales jusqu'à la fin de l'année pour tous les entrepreneurs éligibles au fonds de solidarité ; un soutien en fonds propres sous la forme d'une prime de 3 000 € pour les entrepreneurs les plus en difficulté, en élargissant et simplifiant les conditions d'éligibilité du second volet du Fonds de Solidarité, encore trop peu accessible pour les petits entrepreneurs comme ceux que l'Adie accompagne. »

*A propos de l'Adie

L'Adie est une association nationale reconnue d'utilité publique qui défend l'idée que chacun, même sans capital, même sans diplôme, peut devenir entrepreneur, s'il a accès à un crédit et à un accompagnement professionnel. Depuis 30 ans, son réseau de spécialistes finance et accompagne les créateurs d'entreprise, pour une économie plus inclusive. Dans ses 19 antennes et 60 permanences qui couvrent tout le territoire Auvergne-Rhône-Alpes, ses 46 conseillers et 139 bénévoles accompagnent les créateurs d'entreprise. En 2019, l'Adie AuRA a financé et accompagné plus de 2747 entreprises avec un taux de pérennité de 78 % à 2 ans. 89 % des personnes financées sont durablement insérées professionnellement.

Mise en place du Fonds Région Unie en Auvergne-Rhône-Alpes

La Région Auvergne-Rhône-Alpes, la Banque des Territoires et de nombreuses collectivité locales ont lancé fin juin le Fonds Région Unie "Micro-entreprises & Associations ». Ce dispositif exceptionnel vise à octroyer des avances remboursables pour financer les besoins de trésorerie et de fonds de roulement nécessaires pour relancer l'activité. Avance remboursable, sans taux d'intérêt, sans garantie, sans obligation de co financement remboursable après un différé de 24 mois en trois annuités (24-36 et 48 mois). Dans le cadre du Fonds Région Unie, l'Adie a été mandatée par la Région Auvergne-RhôneAlpes pour réceptionner et étudier les demandes de financement de son public cible, à savoir les entrepreneurs individuels et les micro-entrepreneurs qui ont un besoin d'une aide financière inférieure à 6 000 euros et les entrepreneurs salariés en coopérative d'activité ou couveuse ayant un besoin inférieur à 4000 euros. Sur le territoire, 105 dossiers ont été traités depuis le début du mois de juillet sur les trois premières semaines.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer