AccueilHomme ou femme de la semaineAymar de Franqueville : « Décloisonner le métier de juriste »

Aymar de Franqueville : « Décloisonner le métier de juriste »

Aymar de Franqueville vient d'être nommé délégué régional de l'Association française des juristes d'entreprise (AFJE) Auvergne-Rhône-Alpes. Il souhaite poursuivre la mission de promotion d'une profession devenue au fil des temps un acteur majeur du développement des entreprises.
Aymar de Franqueville : « Décloisonner le métier de juriste »

EconomieHomme ou femme de la semaine Publié le ,

« C'est un challenge très motivant » explique Aymar de Franqueville qui reprend le siège laissé par son prédécesseur Aurélien Closen, en poste depuis 2013. Le directeur juridique et compliance du groupe Adecco entame donc sa nouvelle mission avec l'intention d'éclairer intensément une profession dans laquelle il évolue lui-même depuis près de 25 ans.

Titulaire d'un DESS droit des affaires (Paris XI) et diplômé de l'Université de San Diego en droit international et comparé, Aymar de Franqueville a débuté sa carrière en 1995 chez le pétrolier Esso avant d'intégrer le groupe Kering puis ADEO avant donc de rejoindre Adecco en 2013.

« En tant que métier d'expert et en fonction de la taille des entreprises, le nombre de juristes peut varier fortement. De fait nous ne sommes pas très nombreux » explique-t-il. Sur un potentiel national de 17 000 juristes d'entreprises, l'AFJE recense actuellement 5000 adhérents présents dans 1500 entreprises

« D'où l'intérêt de se réunir régulièrement lors d'ateliers ou de rencontres pour discuter avec ses pairs et d'autres professions que nous convions pour échanger et aborder notamment des points d'actualités législatives et réglementaires. ». A. de Franqueville va également aller à la rencontre des institutions locales comme le conseil régional ou encore les chambres consulaires.

Rattaché principalement à la Présidence et parfois à la direction financière, le juriste jouit d'une certaine « indépendance intellectuelle » et revêt un caractère stratégique dans un « contexte de judiciarisation du business des entreprises » selon Aymar de Franqueville. Sécurisation des affaires, Règlement général sur la protection des données (RGPD), Loi Sapin II, loi relative au devoir de vigilance des sociétés mères et des entreprises donneuses d'ordre… Autant de dossiers qui animent une profession complémentaire à celle d'avocat,

« Le juriste est au cœur de l'entreprise et de son histoire. Lors d'un conflit qui revêt un caractère procédural, il a besoin de l'avocat pour plaider devant une juridiction. A l'inverse, l'avocat tire un grand bénéficie à la présence d'un juriste en entreprise, grâce à sa connaissance des affaires, de l'entreprise dans laquelle il évolue et 'ils parlent le même langage ».

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?